[Magazine]
[festival]
( archive festival)


Festival Photo La Gacilly 2011

En savoir plus :

Patrick Aventurier
Miquel Dewever-Plana
Thomas Goisque
Nicolas Henry
Michael Kenna
Frans Krajcberg
Francis Latreille
Michael Nichols
Jean Revillard
Marc Riboud
Pierre de Vallombreuse

/ Festival Photo La Gacilly 2011 / Arbres et Forêts
Festival Photo La Gacilly 2011
Arbres et Forêts

Festival : Du Friday 03 June 2011 au Friday 30 September 2011

Pour sa 8ème édition, le Festival Photo Peuples et Nature de la Gacilly fait la part belle aux auteurs qui sensibilisent aux dangers de perdre ce patrimoine vert qu’est la Terre.

Auteurs : Patrick Aventurier - Miquel Dewever-Plana - Thomas Goisque - Nicolas Henry - Michael Kenna - Frans Krajcberg - Francis Latreille - Michael Nichols - Jean Revillard - Marc Riboud - Pierre de Vallombreuse.

Festival La Gacilly Photo Nature & Paysage
Téléphone (+33) 299 086 800
Site web www.festivalphoto-lagacilly.com
Mairie de La Gacilly
56200  La Gacilly
France
• De Rennes: accès par la 2x2 voies Rennes-Lorient (sortie Guer) ou la Rennes-Redon (sortie Pipriac) • De Vannes: accès par la 2x2 voies Vannes-Rennes (sortie Malestroit ou Rochefort-en-Terre) • De Nantes: accès par la 2x2 voies Nantes-Rennes (sortie Blain) ou accès par la 2x2 voies Nantes-Vannes (sortie Pontchâteau)

Festival : Festival Photo La Gacilly 2010 "Peuples et Natures"
du 4 juin au 30 septembre
Du Friday 04 June 2010 au Thursday 30 September 2010
Festival La Gacilly - Photo Nature & Paysage - 56200 La Gacilly

Pour sa 8ème édition, le Festival Photo Peuples et Nature de la Gacilly fait la part belle aux auteurs qui sensibilisent aux dangers de perdre ce patrimoine vert qu’est la Terre.
 
Nicolas Henry 
Nicolas Henry 

La programmation du Festival 2011 sonne comme une mobilisation et comme un hommage à la cause des arbres et des forêts. Par l’émotion, par l’émerveillement, par la découverte de ces peuples vivant en osmose avec la Mère nature, les plus grands photographes d’hier et d’aujourd’hui nous proposent leur regard de journaliste et d’artiste sur le monde secret des forêts, sur les richesses qu’elles recèlent, et nous invitent à réfléchir sur cette cause qui doit tous nous rassembler.
 

Du 3 juin au 30 septembre, La Gacilly accueillera le plus grand festival annuel de photographie en plein air :  plus de 400 photographies, un village dans les images, devenu une immense galerie à ciel ouvert.

Cabanes par Patrick Aventurier, Thomas Goisque, Nicolas Henry, Jean Revillard
Pas de forêts sans cabanes : ces cabanes qui font rêver les enfants et que Nicolas Henry a idéalisé par son travail onirique sur les cinq continents. Ces cabanes qui sont les ultimes refuges des plus déshérités comme les clandestins de Calais, par Jean Revillard. Ces cabanes du fin fond de la Russie que l’écrivain Sylvain Tesson a choisi comme lieu de méditation, sous le regard de Thomas Goisque. Ces cabanes, que continue d’habiter le « Peuple des feuilles jaunes » en Thaïlande, vues par Patrick Aventurier.

Refuges, par 20 photojournalistes de renom.
On connait Robin des Bois fuyant la tyrannie du Shérif de Nottingham, et qui se replia vers la forêt de Sherwood pour mener la révolte. Hélas, l’histoire contemporaine montre combien les forêts d’aujourd’hui restent des territoires fermés où les combattants, les guérilleros, les révolutionnaires, les bandits ou les exclus du système social viennent se terrer, se cacher ou se protéger pour échapper aux autorités. Des maquis du Vercors aux jungles de la Colombie, en passant par les forêts du Vietnam ou du Kosovo, 20 photojournalistes exposent 20 clichés désormais rentrés dans l’Histoire. Des noms aussi prestigieux que Philip Blenkinsop, Alexandra Boulat, Olivier Jobard, Gilles Caron ou Véronique de Viguerie, tous primés par les plus grands prix de la photographie.

Destruction, par Frans Krajcberg
« Bientôt il ne restera qu’une nature vaincue par l’homme, détruite par l’homme, assassinée par l’homme ». Artiste et militant acharné, le Brésilien Frans Krajcberg utilise son art pour crier sa révolte et défendre la biodiversité amazonienne. Le Festival Photo La Gacilly est fier de présenter ses « photographies-manifestes », sur les forêts calcinées d’Amazonie. Un choc.

Méditations, par Michael Kenna
Grand voyageur, le Britannique Michael Kenna bâtit depuis plus de trente ans un corpus consacré à la représentation du paysage. Photographe, travaillant en noir et blanc, il pratique souvent des poses lentes, la nuit, à l’aube ou au crépuscule. De la Toscane à la Chine, des Etats-Unis à la France, il nous offre un véritable Eloge de l’Arbre, dans un travail personnel, émouvant, apaisant…

Sanctuaire, par Michael Nichols
L’Américain Michael Nichols présente ses plus belles images d’une « forêt sanctuaire », issues de ses reportages pour National Geographic. La Gacilly expose à cette occasion la plus grande photo du monde, sur 18 m de haut, celle d’un séquoia du Colorado !

Les Lacandons, par Miquel Dewever-Plana
D’origine catalane, Miquel Dewever-Plana a choisi de s’investir dans la lutte pour les droits indiens. Dès 1995, il parcourt le Mexique et le Guatemala, se consacrant à l’étude de la trentaine de composantes du peuple maya. Il constitue ainsi un précieux témoignage sur un mode de vie millénaire en voie de mutation. Pour le festival, Miquel Dewever-Plana montre en exclusivité le visage des Lacandons, ces Mayas qui vivent cachés mais heureux dans leur forêt du Guatemala. En faisant ce reportage, il réalise là un rêve d’enfant. Un hommage à une culture menacée, à des coutumes fragiles, et à un univers onirique.

Les mondes des forêts, par JH Editorial
Des photographes de JH Editorial, la plus prestigieuse agence spécialisée dans les fonds Nature, délivrent les joyaux d’une forêt source de beauté et de vie. Par exemple, les Paysages de Pete Oxford s’approchent du paradis, Frans Lanting dénonce la ville qui grignote inexorablement la forêt. Jim Brandenburg semble vivre au milieu des loups, qu’il a approchés pendant de longs mois.

Sur les traces de Claude Lévi-Strauss, par Pierre de Vallombreuse
Photographe engagé, le Français Pierre de Vallombreuse parcours le monde à la rencontre de peuples autochtones, de cultures menacées par des conflits identitaires, des discriminations, des désastres écologiques, …. Le Festival Photo La Gacilly lui confie cette année un hommage à Claude Lévi-Strauss, le plus grand des ethnologues français, que Pierre de Vallombreuse a décrit comme « un écologiste avant l’heure, le premier à avoir tant insisté sur le lien privilégié entre ces peuples et l’environnement, et à avoir fait l’éloge, à travers eux, de la nature, de la diversité, de la complexité du monde. »

Au-delà des arbres, par Francis Latreille
Ils ne sont plus que quelques centaines à arpenter le grand Nord Sibérien, ils sont nomades et vivent de façon ancestrale loin de nos civilisations consuméristes. Au-dessus du cercle polaire, les Dolganes, les Gnagassans, les Neneths, vivent sans arbre car, dans une toundra monochrome, glacée et lissée par le vent, ne poussent que lichens et bouleaux nains durant le court été boréal. Francis Latreille nous livre ses plus beaux clichés pris au cours de plusieurs années d’expéditions. C’est là, dans ce Grand Nord, que l’on retrouve intactes des carcasses gelées de mammouths dont l’ivoire sert de matériau à ces ethnies qui ont appris l’économie du rien. Un univers sans superflu, un mode de vie spartiate pour nous interpeller sur ce monde sui brûle, en quelques décennies, ces ressources que notre planète a accumulées au fil des millénaires.

Découvrir l’Autre, par l’ECPAD (Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense)
Depuis sa création en 1915, l’ECPAD n’a de cesse de contribuer à la valorisation du patrimoine visuel des armées françaises, rassemblant des collections datant jusqu’à l’apparition de la photographie. Le Festival de la Gacilly a souhaité cette année mettre l’accent sur ces trésors méconnus qui sont un véritable témoignage d’une époque révolue. Au cours des expéditions coloniales des années 1900, des photographes accompagnaient à chaque fois l’avancée des troupes dans leur exploration de l’Afrique, du Moyen-Orient, ou de l’Asie. En plongeant dans ces archives exceptionnelles, cette exposition présentera des sociétés et des peuples qui vivaient alors sans aucune influence du monde occidental.

Images buissonnières, par Marc Riboud
Depuis 50 ans, Marc Riboud sillonne la planète comme un reporter, un voyageur, un promeneur qui aime prendre son temps. Ses photos de la Chine maoïste ou des pacifistes américains ont fait le tour du monde, mais, comme il aime le rappeler, il a toujours « été sensible à la beauté du monde plutôt qu’à la violence et aux monstres. Regarder et photographier un paysage de brume est un peu comme écouter de la musique. » Ainsi, au travers de ses pérégrinations, du Népal à l’Inde, en passant par les ruines d’Angkor, ce photographe infatigable a pris plaisir à immortaliser les arbres du monde dans leur éternité, dans leur intemporalité, comme des témoins muets des bouleversements de notre époque.

Contes et réalités… Commande du Conseil général du Morbihan, par le collectif Argos.
Comme chaque année, le Conseil général du Morbihan apporte son soutien au Festival de la Gacilly en offrant une commande photographique. Pour ses 10 ans, le Collectif Argos, un terreau de jeunes photographes dont la démarche principale consiste à mettre l’accent sur les problèmes environnementaux de notre planète, a sillonné ce département de Bretagne pour conter les mystères et les enjeux de ses forêts. Des elfes, des artistes contemporains, des druides,  et des lumières magiques parcourent aujourd’hui les méandres de Brocéliande ou de Lanouée pour faire revivre les légendes d’autrefois… La forêt est aussi aujourd’hui un terrain de réinsertion, d’engagement, un espace où travaillent quotidiennement des hommes au service de la nature et de notre société.



 
photographie.com : 2011-06-03
recherche